Aller au contenu principal

Retail : les opportunités à saisir

2019

Malgré la bonne santé de l’économie suisse en 2018, le commerce de détail connait quelques difficultés avec comme principaux responsables la concurrence internationale et le commerce en ligne. Néanmoins, des opportunités restent à saisir pour le secteur.

Avec le recul du pouvoir d’achat et la concurrence internationale, le commerce de détail suisse n’a connu qu’une faible croissance dans ses chiffres d’affaires en 2018 (+0.4% d’après le Crédit Suisse). Cependant, la concurrence  étrangère et le dynamisme du e-commerce stimulent malgré tout le marché. En effet, la pression concurrentielle pousse les commerces en Suisse à prendre des initiatives qui pourraient préserver leur compétitivité, en particulier face au commerce en ligne. Explications. 

Le e-commerce, concurrent ou complémentaire? 

Le développement du  e-commerce en Europe a largement bouleversé les comportements d’achats des consommateurs. En réponse, le secteur du retail, particulièrement en France et en Allemagne, s’est graduellement adapté à cette concurrence numérique. En particulier les grandes enseignes, qui ont choisi d’adopter de nouvelles solutions pour mieux correspondre à ces nouveaux comportements et transformer leur offre.

La proximité avant tout 
S’installer dans les centres-villes piétons de petites agglomérations s’est révélé être une excellente manière de faciliter les achats directs. Selon le rapport sur le commerce de détail de Cushman & Wakefield, installer une succursale à proximité des centres urbains et de ses habitants permet de se rapprocher de sa clientèle et d’encourager une consommation immédiate. 

Par exemple, le secteur alimentaire a développé à travers l’Europe de petits magasins pour une clientèle plus urbaine. Pour les repas de midi et les plats cuisinés, ces petites et grandes enseignes offrent une gamme sur-mesure et une plus value directe aux consommateurs. 

Une autre tendance est l’utilisation éphémère d’espaces en centre-ville. Les pop-up stores sont un moyen de combler les arcades qui se vident, tout en garantissant aux marques une flexibilité de mouvement et une proximité auprès de leur clientèle. 

Des espaces mixtes plus pratiques
Les grandes zones commerciales en périphérie s’adaptent à ces nouveaux modes de consommation. Certains magasins (ameublement, mode ou sport) ont choisi de s’orienter vers le format minimaliste du showroom ou de l’outlet. L’avantage d’une telle utilisation est qu’elle permet de rationaliser la gestion des stocks et donc des surfaces occupées. 

Les showrooms deviennent alors des intermédiaires pour les acheteurs en ligne qui souhaiteraient voir le produit avant de passer commande. De concurrents, les magasins de détail se positionnent alors comme un véritable complément au commerce en ligne. Dans les outlets, les marques peuvent offrir une gamme de prix à une clientèle qui y est sensible, tout en liquidant les stocks d’invendus. 

Ces nouveaux comportements d’achat favorisent aussi la tendance du “click and collect”. Dans ce cas, les espaces de  vente permettent aux clients de retirer leurs commandes en ligne en magasin, qu’ils s’agissent de courses alimentaires ou de produits électroniques. 

Malgré un secteur chamboulé par le e-commerce, l’offre retail s’adapte donc au marché en transformant les surfaces et leur utilisation. Les solutions trouvées en Europe sont de véritables exemples pour le secteur suisse. En s’adaptant aux nouvelles habitudes de consommation et en développant de nouveaux services dans leurs espaces, les commerces helvétiques devraient graduellement arriver à fidéliser leur clientèle et restructurer leur offre. 

Pour en savoir plus sur les défis et opportunités du secteur du retail, prenez contact avec les experts de SPG Intercity. Suivez-nous sur Linkedin pour connaître les tendances du marché.